Maat et l’Alliance internationale discutent du rôle des institutions nationales dans les zones de conflit

Please follow and like us:

Au siège des Nations Unies à Genève, en marge de la 39e session du Conseil des droits de l’homme: l’Association Maat et l’Alliance internationale discutent du rôle des institutions nationales dans les zones de conflit
Okeil: la politisation est le plus grand défi du travail des institutions nationales.
Al-Badwi: Le rapport du groupe d’experts sur le Yémen comporte de graves inexactitudes. Les activistes yéménites soulignent également que les mécanismes de l’ONU au Yémen ont échoué.

 

En marge de la participation de Maat à la 39e session du CDH à Genève, le Maat pour la paix, le développement et les droits de l’homme et l’Alliance internationale pour la paix et le développement ont organisé une manifestation au siège des Nations Unies à Genève. L’événement parallèle intitulé «Institutions nationales des droits de l’homme axées sur les zones de conflit», le jeudi 13 septembre 2018, a rassemblé une large présence d’experts et de militants des droits de l’homme, de fonctionnaires et de représentants des médias. Conseil, qui a été lancé plus tôt cette semaine.
L’événement parallèle a porté sur la situation des institutions nationales de défense des droits de l’homme dans la région arabe et a présenté une vision de l’évaluation de leurs rôles au cours des phases actuelle et suivante. L’événement a également porté une attention particulière aux institutions nationales dans les zones de conflit armé telles que le Yémen, la Libye et la Syrie. C’est pour essayer de déterminer leur rôle dans la réduction du fossé entre les parties en conflit, la surveillance de la situation des droits de l’homme, la promotion d’un dialogue interactif, l’adoption des options de paix et le processus de réconciliation et d’équité après le conflit.
Au cours de son discours, Ayman Okeil, directeur général de l’Association Maat et coordinateur de l’Alliance internationale pour la paix et le développement, a souligné que le plus grand défi des institutions nationales dans la région arabe est de politiser leur travail et d’adopter les orientations politiques de certains régimes. Bien que ces intérêts et points de vue politiques violent clairement les principes fondamentaux des droits de l’homme et intensifient les actions non objectives et contraires à l’éthique. Ainsi, ces institutions s’emploient d’une part à s’attaquer à la situation des droits de l’homme dans certains pays et, d’autre part, elles n’ont aucun intérêt réel à aider les victimes de violations.
En ce qui concerne les États de conflit, M. Okeil a souligné que les institutions nationales devraient jouer un rôle dans la résolution des problèmes de droits de l’homme dans ces sociétés. Ils peuvent jouer un rôle actif dans la promotion de la paix et encourager les efforts visant à faire cesser la guerre et à reprendre le dialogue. Ils peuvent donc soutenir les processus de justice transitionnelle et de réconciliation qui ont suivi la fin du conflit. Il a également déclaré que de nombreuses expériences internationales et pratiques en matière de droits de l’homme dans des sociétés ayant connu des conflits politiques et militaires prouvent que l’existence d’une institution nationale lors d’un conflit peut favoriser le dialogue entre modérés et contrôler les abus de l’une ou l’autre partie. .
Dr. Ayman Fouad, expert en droits de l’homme et ancien conseiller du Conseil national des droits de l’homme en Egypte, a parlé des cadres régissant les institutions nationales et de leur activation sur le terrain. De plus, il a souligné que, quelle que soit la structure juridique de l’institution nationale, le point de décision est l’étendue de sa conformité avec les principes de Paris. Ainsi, il a évoqué quelques bons exemples et expériences dans la région arabe, tels que l’expérience marocaine, tunisienne et égyptienne.
En outre, le Dr Walaa Jad Al-Karim, président de Partners for Transparency, a présenté une vision comparable des institutions nationales de défense des droits de l’homme dans la région arabe, dans laquelle il a mis l’accent sur les normes d’indépendance et de pluralisme. Il a également déclaré que des pays tels que l’Egypte, la Tunisie et le Maroc avaient un cadre pluraliste, en raison de l’existence de partis politiques, de syndicats et de parlements élus. Ce pluralisme se traduit par l’indépendance et le pluralisme de la formation de leurs institutions nationales. Alors que les institutions correspondantes de certains pays du Golfe sont nées dans des sociétés sans pluralisme, elles n’ont rien avec les syndicats et la société civile. En outre, dans ces pays du Golfe, il n’existe pas de parlement élu librement pour nommer les membres des institutions nationales. C’est pourquoi les institutions sont devenues un simple phénomène acoustique et un écho creux de certains régimes au pouvoir.

Lisa Al-Badwi, juriste, a évalué le statut de l’institution nationale au Yémen. Elle a mis l’accent sur l’impact négatif de la faiblesse de l’institution nationale sur le rôle joué par certains mécanismes de l’ONU au Yémen. En outre, elle a souligné le manque de coordination entre les mécanismes des Nations Unies au Yémen en général et l’absence de niveau minimum de méthodologie dans de nombreux organes des droits de l’homme des Nations Unies. Elle a été prouvée par le rapport du Haut Commissaire du Conseil des droits de l’homme. Ce rapport portait sur le rapport du Comité d’experts sur la situation des droits de l’homme au Yémen, qui comprenait des erreurs systématiques graves résultant du manque de communication avec tous les acteurs.
Le rapport du Haut Commissaire était confronté à de larges objections de la part des experts et des militants participants. Au fur et à mesure, les interventions ont révélé un large rejet du rapport dans les milieux des droits de l’homme. Les interventions ont également porté sur “le mandat du Comité et ses spécialisations”. C’était un comité constitué au titre du point 10 sur le soutien technique. Il n’a aucune autorité, aucun moyen et aucune capacité d’enquêter, de surveiller et de documenter des faits, il a donc été impliqué dans des informations erronées et trompeuses.
Néanmoins, les participants à la manifestation parallèle ont exigé que le mandat du Groupe d’experts au Yémen ne soit pas prolongé, car il ne jouait aucun rôle concret et efficace sur le terrain. Ce groupe, avec d’autres mécanismes des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme concernés par le Yémen, a obtenu des informations auprès de sources proches des milices armées. En outre, ils adoptent le point de vue des parties bénéficiant de l’existence des milices soutenues par l’Iran. Le produit du Yémen lié aux droits de l’ONU ignore souvent ce point central dans la compréhension de l’impact du conflit sur les droits de l’homme et tire des critiques non objectives et illogiques de la Coalition arabe fondée sur des résolutions de légitimité internationale.

Please follow and like us:

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Enjoy this blog? Please spread the word :)

RSS
Follow by Email