Au cours d’un séminaire pour Maat et l’Alliance internationale-“Renforcement des mécanismes africains de protection des droits de l’homme”.

Please follow and like us:

Au cours d’un séminaire pour Maat et l’Alliance internationale au siège des Nations Unies à Genève
Okeil: les mécanismes africains des droits de l’homme doivent se développer
Andrius: L’Alliance internationale mettra en œuvre un programme de coopération avec les mécanismes régionaux
Abozer Elmana: se félicite de la coopération entre le Conseil économique, social et culturel et l’Alliance internationale pour la paix et le développement

Genève, 29 juin 2018
Le 29 juin 2018, Maat for Peace, Development and Human Rights a tenu un séminaire au siège des Nations Unies à Genève en marge de la 38ème session du Conseil des droits de l’homme intitulée “Renforcement des mécanismes africains de protection des droits de l’homme”. large éventail d’experts africains et internationaux.
S’exprimant lors du séminaire, Ayman Okeil, coordinateur de l’Alliance internationale pour la paix et le développement, directeur général du Maat Andrius Becys, membre et conseiller de l’Alliance internationale et directeur de Kulturos centras “In Actio” en Lituanie, Dr. Abozer Elmana, président de la commission des questions politiques du Conseil économique et social de l’Union africaine, Mme Hanaa Nejjar, membre de l’Alliance internationale et présidente de l’Association Femmes des deux rives au Maroc.
Ayman Okeil a déclaré que le mois de juin est certainement le mois des droits de l’homme sur le continent africain, basé sur l’adoption de la Charte africaine et de plusieurs accords complémentaires. C’est pourquoi Maat et l’Alliance internationale ont tenu à mettre en œuvre cette activité qui a porté sur le développement de mécanismes africains de protection des droits de l’homme. Okeil a également souligné l’intérêt de Maat pour les domaines africains des droits de l’homme et du développement en présidant le groupe majeur des ONG pour l’Afrique affilié au Forum politique de haut niveau des Nations Unies sur le développement durable et sa contribution au programme de développement durable en Afrique 2063.
Okeil a souligné les défis auxquels le monde en général et le continent africain en particulier sont confrontés et a déclaré que nous devons tous avoir une vision critique du système actuel des droits de l’homme en Afrique, examiner les obstacles et les problèmes et chercher des solutions. à eux et d’aider les différents mécanismes de l’Union africaine à développer le système des droits de l’homme.
Okeil a présenté les recommandations du document de travail préparé par la Fondation. Le plus important était la nécessité de modifier certains articles de la Charte africaine concernant certaines questions liées aux droits personnels tels que le travail forcé, la protection du droit à la vie privée et l’importance du soutien financier de la Commission des droits de l’homme et des peuples. fournir un budget indépendant.
M. Andreas Becys, membre et consultant de l’Alliance internationale et directeur des Kulturos centras “In Actio” en Lituanie, a souligné dans son discours sur l’ouverture de l’Alliance internationale pour la paix et le développement à toutes les organisations régionales, notamment l’Union africaine. Il a souligné que l’intérêt de l’Alliance pour l’Afrique s’inscrit dans le cadre de son soutien aux plans de développement, aux visions. Intervenir également de manière positive dans la prévention et la résolution des conflits, la consolidation de la culture de la paix et du dialogue et la coopération entre les différents groupes régionaux. Il a noté que l’Alliance prépare un programme ambitieux au niveau international au cours de la prochaine phase qui ciblera la communication avec les gouvernements et les forces civiles actives et les organes législatifs de l’Europe, de l’Afrique et de la région arabe. développement.
Abozer Elmana, président du Comité des affaires politiques du Conseil économique et social de l’Union africaine, a parlé du rôle du Conseil économique et social en tant que cadre collectif pour les organisations africaines de la société civile et s’est félicité des possibilités de coopération en cours. par le Conseil d’une part et l’Alliance internationale pour la paix et le développement d’autre part. Et a déclaré son soutien à tous les efforts visant à développer les mécanismes des droits humains de l’Union africaine et à renforcer son rôle au service des droits des peuples du continent africain et aider ses gouvernements à adopter des approches réactives des droits humains et des objectifs de développement durable.
Il convient de noter que Maat et l’Alliance internationale pour la paix et le développement participent à la 38ème session du Conseil des droits de l’homme à Genève en fournissant un certain nombre d’interventions lors de sessions officielles, en organisant des experts et missions des États membres du Conseil.

Please follow and like us:

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Enjoy this blog? Please spread the word :)

RSS
Follow by Email